DR3-sm

Né en 1904 dans une famille noble de la province de Pemakö, Kyabjé Dudjom Rinpotché fut reconnu à l’âge de trois ans comme la réincarnation de Dudjom Lingpa, un grand découvreur de Trésors. Il reçut les enseignements des plus grands maîtres de son époque et l’on peut citer comme ses maîtres principaux les noms de Djédroung Thrinlé Djampa Djoungné, Phukong Tulkou, Gyourmé Ngédeun Wangpo, Gyourmé Phendé Euzer et Minling Dordzin Namdreul Gyatso.
A l’âge de quatorze ans il conféra pour la première fois la transmission du Rintchen Terzeu et il composa ses premiers écrits à dix-sept ans. Il était considéré, en outre, comme l’incarnation de Gourou Rinpotché et de Yeshé Tsogyal.
Dudjom Rinpotché fut révéré comme le plus grand terteun de son époque et écrivit, tout au long de sa vie, plus de cinquante volumes. Son style, à nul autre pareil, est un mélange d’érudition, d’élan poétique, de langage direct et imagé qui captive et inspire. En particulier, il est bien connu pour la clarté limpide avec laquelle il exprime les enseignements de la Grande Perfection.
Sa Sainteté le Dalaï Lama le nomma chef spirituel des Nyingmapa en 1959, alors qu’il était déjà en exil. Il établit de nombreux monastères et centres de pratique au Bhoutan, au Népal, au Sikkim, au Ladakh, à Taïwan, à Hong Kong, aux États-Unis et en France. Ce fut aussi sous sa direction et son autorité spirituelle que s’initièrent les retraites de trois ans organisées par Tsétrul Péma Wangyal Rinpotché en Dordogne.
Dudjom Rinpotché quitta son corps, dans sa maison de Dordogne, le 17 janvier 1987. Son koudoung (corps embaumé) demeura en France pendant un an et fut transporté ensuite au Népal. Il est conservé à l’intérieur d’un stoupa dans le temple de son monastère à Bodnath.

Visite de Dudjom Rinpotché à Nyima Dzong et à Bruxelles en Novembre 1976